Traduction automatique : Global WatchTower analyse l’accord entre SDL et LanguageWeaver

Donald A. DePalma et Benjamin B. Sargent analysent dans Global WatchTower les effets probables de l’accord récemment annoncé par SDL et Language Weaver, selon lequel le premier distribuera désormais les produits du second.

Jusqu’à présent, SDL ne disposait pas d’un moteur de traduction automatique statistique : SDL Translation Server (acquis à l’origine auprès d’Idiom) est un moteur syntaxique, à base de règles linguistiques. Language Weaver, en revanche, distribue un moteur de traduction statistique, qu’il vend en priorité aux administrations. L’accord de partenariat signé entre les deux sociétés permet à Language Weaver de pénétrer le monde des entreprises sans investir dans une force de vente dédiée, tandis que SDL bénéficie désormais d’un outil de traduction complémentaire de Translation Server et de Trados, ses autres solutions logicielles.

La grande question reste bien entendu l’intégration de tous ces produits : ce n’est pas parce que le même éditeur propose toutes les technologies de TAO qu’elles sont pour autant exploitables dans de bonnes conditions par ses utilisateurs.  L’article de Don DePalma souligne aussi d’autres aspects de ce partenariat, dont, par exemple, le fait que SDL n’est guère habitué à collaborer avec d’autres entreprises.

Ils examinent aussi l’effet sur les sociétés de localisation concurrentes, comme Lionbridge, mais n’évoquent pas des solutions logicielles directement concurrentes. Pourtant, Systran présente en ce moment la version 7 de son serveur d’entreprise, qui intègre en un seul produit un moteur de traduction syntaxique, un moteur statistique et un outil de mémoire de traduction. Nous vous en dirons bientôt plus sur la question.

Traduction automatique : un excellent article de synthèse

Jean-Luc Goudet a rédigé un excellent article de vulgarisation sur la traduction automatique, son historique, les principales techniques utilisables, leurs avantages et leurs inconvénients. Publié sur le site Futura Sciences, « Traduction automatique : les années où tout a changé » fait un très bon point de synthèse sur la question, clair et abondamment illustré.

Visiblement très alimenté par la documentation de Systran, l’article a le mérite de présenter les progrès de la technologie sans faire l’impasse sur les difficultés énormes qui attendent les éditeurs de logiciels à l’avenir. De fait, une fois combinées les technologies syntaxique et statistiques, il va être très ardu de progresser encore dans la restitution correcte des textes traduits par la machine. À moins que la nouvelle version de Systran ne recèle d’énormes suprises ? C’est ce que nous vous dirons bientôt.

Google ajoute la traduction automatique à GMail

Un article de PC World, daté du 26 mars dernier, annonçait pour le 1er avril l’intégration à la messagerie électronique GMail de la fonction de traduction automatique Google Translate. Il se basait sur l’annonce selon laquelle Google présenterait une nouvelle fonctionnalité excitante le 1er avril lors d’un événement de relations publiques à Bruxelles. Dix jours après, il semble bien que l’interface de GMail, disponible en 52 langues, ne propose toujours pas de fonction « Traduction » lorsqu’on rédige un message, ou qu’on en reçoit un. Il n’empêche que c’est certainement dans les tuyaux…

Non, le 1er avril, Google s’est contenté d’annoncer StreetView en Belgique, de recevoir l’autorisation définitive des services de Bruxelles pour racheter DoubleClick, et d’ajouter des annonces en forme de poisson d’avril à sa longue collection : par exemple, le lancement de Google Paper, ou celui de Google Romance. Business as usual

Le Monde utilise Google Translate pour traduire son site Web

Le Monde traduit du Roumain à l’aide de Google Translate ? La version en ligne du Monde, LeMonde.fr, serait en fait rédigée en Roumanie, par des salariés d’une filiale, puis traduits en français.

Cette réorganisation, déjà ancienne, ne suffit pas à améliorer les comptes du quotidien en ligne. Il aurait donc été décidé de confier désormais les traductions roumain-français à l’outil de traduction automatique de Google. Consternant.

Quand aura-t-on droit aux articles du Monde traduits par Google ? La réponse est, heureusement « jamais »*, car il s’agissait d’un poisson d’avril, publié sur LeMonde.fr !

Un indice ? Pensez-vous vraiment qu’un quotidien de référence consacrerait un article à expliquer qu’il utilise Google Translate ?

*(ou du moins « pas tout de suite »)

Systran 7, le moteur de traduction automatique hybride à mémoire de traduction

L’actualité du moment est à la traduction automatique. Après avoir annoncé de lourdes pertes il y a quelque temps, Systran lance officiellement la version 7 de Systran Enterprise Server, qui sera disponible à la mi-avril.

Comme nous l’annoncions déjà voilà plusieurs mois, cette version est basée sur un nouveau moteur de traduction automatique, qui mêle la technologie basée sur des règles et la technologie statistique, qui fait le bonheur de Google Translate. Mieux encore, la technologie statistique incorporée exploite les textes de l’entreprise cliente pour déterminer la traduction la plus pertinente. Peut-être est-ce lié à l’accord passé avec Multicorpora, le nouveau système exploite donc clairement une Mémoire de traduction dans l’optique d’améliorer en permanence les résultats du moteur de traduction automatique.

Cette approche nouvelle, qui harmonise trois technologies éprouvées, semble avoir de l’avenir, puisque c’est aussi celle que privilégierait Google s’il lançait dans Google Translation Center. Il sera passionnant d’en mesurer les effets : sur le plan purement théorique, il est probable que le résultat soit bien meilleur qu’aujourd’hui, au moins lorsqu’on dispose d’un important corpus de textes spécialisés.

Le Président de Systran laissait entendre en juillet dernier qu’il ajouterait à ce mashup, déjà ambitieux, une fonction de traduction collaborative. L’idée était sans doute de permettre aux utilisateurs de voter pour la traduction qui leur semble la plus juste, et de raffiner encore les résultats du système dans son ensemble. Les communiqués parus jusqu’ici (sur Boursier.com ou CFO News, par exemple) ne mentionnent pas cet aspect. Peut-être la fonction a-t-elle disparu ? Ou bien, elle n’est pas pas destinée à la version Enterprise.

Traduction automatique : un article de vulgarisation scientifique fait le point

N’hésitez pas à lire l’article de vulgarisation sur la traduction automatique (intitulé La traduction automatique, on n’y arrivera jamais ?) publié par le site Interstices. Quoique bref, il fait le point synthétique sur les défauts, les enjeux, les espoirs des outils de traduction automatique. Bien qu’il soit parfois un peu elliptique, l’article est bourré d’informations et constitue une excellente introduction au sujet.

Au-delà du sujet de la traduction automatique, le site Interstices s’intéresse à tout ce qui fait la science. Conçu et alimenté par des chercheurs de l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique), du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), de l’ASTI (Association Française des Sciences et Technologies de l’Information) et des Universités françaises, le site Interstices, qui existe depuis 2004, a pour but de faire connaître la variété des recherches dans le domaine des sciences et technologies de l’information et de la communication. Il rassemble les principaux acteurs de la recherche française dans ce domaine.

Traduction automatique et synthèse vocale pour Apple iPhone

La société Acapela a présenté au Mobile World Congress 2009 l’application iSpeak pour téléphones mobiles Apple iPhone. Alliant traduction automatique et synthèse vocale, ce petit logiciel traduit le texte que vous tapez sur l’écran de votre iPhone et le prononce dans la langue choisie. La qualité de la synthèse vocale est considérée comme exceptionnelle par Georges Da Silva, le reporter du site Mobifrance. L’application de traduction automatique fonctionne d’ores et déjà en 9 langues (allemand, anglais, espagnol, français, italien, néerlandais, polonais, portugais et suédois), et d’autres sont en préparation. iSpeak pour iPhone est vendue sur l’AppStore pour 1,99$ la langue…

Google Translate annonce 41 langues de traduction

Google Translate s’enrichit sans cesse. Après avoir ajouté de nouvelles langues* à son moteur de traduction, qui en comporte maintenant 41 (soit 1640 combinaisons de langues), Google a aussi mis en place un outil de recherche multilingue. Tapez votre requête dans une zone de texte, précisez votre langue et celle dans laquelle vous souhaitez procéder à votre recherche, et Google traduit les termes recherchés, exécute la requête et renvoie les résultats obtenus dans la langue de destination. C’est un aperçu de ce que nous annoncions il y a un mois.

*Les langues de traduction proposées par Google
Anyword dispose de traducteurs professionnels dans presque toutes ces langues

  1. Albanais
  2. Allemand
  3. Anglais
  4. Arabe
  5. Bulgare
  6. Catalan
  7. Chinois (simplifié)
  8. Chinois (traditionnel)
  9. Coréen
  10. Croate
  11. Danois
  12. Espagnol
  13. Estonien
  14. Finnois
  15. Français
  16. Galicien
  17. Grec
  18. Hébreu
  19. Hindi
  20. Hongrois
  21. Indonésien
  22. Italien
  23. Japonais
  24. Letton
  25. Lituanien
  26. Maltais
  27. Néerlandais
  28. Norvégien
  29. Polonais
  30. Portugais
  31. Roumain
  32. Russe
  33. Serbe
  34. Slovaque
  35. Slovène
  36. Suédois
  37. Tagalog
  38. Tchèque
  39. Thaï
  40. Turc
  41. Ukrainien
  42. Vietnamien

Traduction automatique : pertes très élevées pour Systran en 2008

Systran, l’éditeur d’un des logiciels de traduction automatique les plus connus, a annoncé ses résultats définitifs pour 2008, qui affichent une perte consolidée de 7,11 M€, soit l’équivalent de son chiffre d’affaires (7,65 M€) ! L’éditeur disposant d’importants fonds propres, ses jours ne sont pas en danger immédiat, mais il sort affaibli de son dernier exercice, et mise tout sur la prochaine version 7 de sa gamme d’applications.

Un moteur de traduction vocale pour voyager à l’étranger

Guide de voyage électronique assisté par un moteur de reconnaissance vocale, le iTRAVL d’Ectato se veut aussi un traducteur vocal. Il reconnait la phrase que vous lui dictez, la traduit dans la langue de votre choix et la prononce à votre place. Conçu pour le voyage, l’objet est livré avec le Guide de voyage de Fodor et le CIA World Factbook. Il comporte 14 000 expressions pré-enregistrées dans les langues choisies, et un module d’aide destiné à assister l’utilisateur dans les situations urgentes les plus courantes à l’étranger. L’outil n’a pas l’air d’être équipé d’un module GPS. Il est encore difficile de dire s’il est utile de s’en équiper ou s’il s’agit d’un gadget, mais c’est à notre connaissance la première fois qu’est commercialisé un moteur de traduction vocale. On devrait en voir apparaître d’autres sous peu.