Trados – Un manuel de prise en mains pratique pour traducteurs


L’agence de traduction ITtranslations, dirigée par un expert ès TAO, publie deux guides de prise en mains pour SDL Trados 2007 et pour SDL Trados 2009, mis en vente sur un site web dédié, sobrement intitulé tradosmanual.

Pour 60 €, l’auteur promet d’aborder dans cet ouvrage tout ce qu’il faut connaître pour travailler au quotidien avec Trados. S’adressant directement à ceux qui n’ont jamais utilisé Trados après l’avoir acheté, comme à ceux rebutés par l’idée de consulter le triste manuel officiel, le Practical Trados Manual, en anglais, prend son lecteur par la main et l’emmène, étape par étape, dans la découverte du logiciel à mémoire de traduction.

Abondamment illustré de photographies, de captures d’écrans et de schémas, l’ouvrage, très aéré, se lit facilement. D’après l’auteur, il suffit de 5 heures pour maîtriser Trados en lisant les 90 pages du manuel et en réalisant les exercices qui s’y trouvent. Le mieux est sans doute d’avoir un projet à traiter juste après avec l’outil de SDL.

Les premières pages peuvent être consultées en ligne. Et c’est à cette adresse que vous pourrez le commander.

Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction, Outils de traduction par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

3 réflexions au sujet de « Trados – Un manuel de prise en mains pratique pour traducteurs »

  1. Ce qui veut dire qu’après avoir payé des centaines d’euros, il faut y ajouter le coût de ces manuels pour avoir accès aux fonctionnalités de ce logiciel…

    Il me semble que plutôt que de faire la promotion d’un produit (Trados) qui est incapable de guider ses usagers lui-même dans leur langue (c’est le comble pour un logiciel d’aide à la traduction), il serait préférable de présenter des alternatives compatibles, moins couteuses, plus faciles d’utilisation et disponibles en français…

  2. Bonjour Jean-Christophe,

    je ne fais pas la promotion de SDL Trados, dont je ne pense moi-même pas que du bien, mais je présente l’actualité de la traduction, où SDL joue un rôle. Je parle aussi de Wordfast et de DéjàVu. Je ne connais pas bien les autres alternatives, comme MemoQ par exemple. Si vous voulez me faire parvenir un article (par exemple un témoignage d’utilisation de vos logiciels favoris) ou de la doc pour initier un billet sur un logiciel que vous trouvez utile, je suis partant.

  3. Mon commentaire ne vous visait. Excusez moi s’il manquait de clarté. Il visait plutôt SDL qui fait un bénéfice considérable sur ses offres de formation qui n’existent qu’à cause de la complexité du produit (et de l’absence de manuel digne de ce nom), et les entreprises qui profitent de cet état de fait pour extorquer des euros supplémentaires aux traducteurs mis en situation de dépendance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *