La Traduction professionnelle dans la presse et l’édition

Plusieurs publications récentes s’intéressent aux questions de traduction.

À commencer par l’élégant article de Pierre Assouline, intitulé « Il faut lever le nez quand on traduit », et où l’on peut lire des phrases comme « [Svetlana Geier, traductrice] dit des choses sur la littérature qu’aucun critique, aucun écrivain, aucun éditeur ne saurait dire. Car nul n’est placé comme un traducteur pour vivre et faire vivre un texte de l’intérieur. » Et en effet, elle dit, par exemple, « qu’on ne traduit pas de gauche à droite, en suivant la langue, mais seulement après s’être approprié la phrase. Elle doit être digérée de l’intérieur, toucher le coeur. Je lis le livre si souvent que les pages en sont trouées. D’abord, je le connais par coeur. Ensuite, vient un jour où enfin j’entends la mélodie du texte. » Le reste à l’avenant : hommage d’un écrivain au travail des traducteurs, l’article présente un documentaire allemand de Vadim Jendreyko, La Femme aux cinq éléphants (qui passe au Reflet Médicis et au Lucernaire, à Paris), et la nouvelle traduction de L’Iliade, réalisée par Philippe Brunet, parue au Seuil. Agréable à lire, ce court article présente avec intelligence et finesse les servitudes et la grandeur de notre métier, vu sous son angle le plus littéraire.

Mais il n’y a pas que la littérature dans la vie du traducteur ! C’est ce que rappellent avec force Clare Donovan, directrice de l’ESIT, et Marie Meriaud-Brischoux, directrice générale de l’ISIT, dans cet autre article du Monde : « Wanted ! : traducteurs et interprètes francophones » (que j’ai lu grâce à Ghislaine Cathenod, qui me l’a signalé). Elles relèvent la contradiction, à laquelle nous sommes tous si souvent confrontés, entre un discours ambiant qui laisse penser que traduire serait à la portée de tous, si c’est seulement nécessaire, et la désespérante rareté des profils aptes à satisfaire la demande des organismes internationaux les plus habitués aux questions de traduction. Si l’Europe promeut le label EMT (European Master of Translation), si les Nations Unies signent des accords cadres avec des écoles de traduction partout dans le monde, et si l’OCDE accueille « l’Appel de Paris » s’inquiétant que bientôt « les organisations internationales ne [soient] plus en mesure de s’acquitter de leurs missions premières », c’est bien parce que les (bons) traducteurs sont peu nombreux, et que leurs compétences dépassent la simple compréhension d’une ou plusieurs langues étrangères ! Serait-ce alors une « simple » question de formation demandent les auteurs ? Mais les critères de reconnaissance des formations d’excellence (comme le sont celles dispensées par l’ESIT et l’ISIT) sont mal adaptés à des enseignements professionnalisant. C’est le mérite de cet article de poser le problème dans toute sa complexité, tout en annonçant les voies de solution possibles évoquées lors des Assises de la traduction et de l’interprétation organisées par le Ministère des Affaires étrangères et européennes.

La presse n’est pas le seul média à s’intéresser à la traduction ces temps-ci. Pour preuve, le long article paru sur le blog En Cathy Mini, qui analyse, résume et critique avec esprit l’ouvrage La traduction : la comprendre, l’apprendre, de Daniel Gile, paru aux Presses Universitaires de France. Là encore, l’auteur, interprète de conférence qui enseigne la traduction à l’Université de Lyon 2, démontre que le savoir-faire propre au traducteur dépasse de loin la seule maîtrise d’une langue étrangère. Il faut y ajouter l’expertise en matière d’expression écrite dans sa langue maternelle, une culture générale très étendue, quelques domaines de spécialisation où l’on se doit d’être réellement compétent, la maîtrise des outils de traduction, et l’expérience de l’opération de transfert elle-même, qui ne s’acquiert pas sans mal. Voilà un livre qui, aux dires de Cathy, devrait être lu par tout étudiant en Traduction (je souligne pour ceux que je connais) et complète utilement l’ouvrage Profession : Traducteur de Daniel Gouadec.

Des étudiants qui trouveront aussi un profit certain à consulter les ouvrages de la collection Traducto, dirigée par Mathieu Guidère (Maître de conférence à l’Université de Genève), aux Editions de Boeck. Jeune encore, la collection Traducto ne comporte pour le moment que quatre ouvrages, qui s’adressent en priorité aux étudiants en voie de professionnalisation. Les sujets ? Une Introduction à la traductologie, la Traduction juridique, la Communication multillingue et la Traduction audiovisuelle. A noter, la modicité du prix de vente (19,50 €), qui plaide pour l’achat du guide qui correspond le plus à vos préoccupations professionnelles. On souhaite longue vie à cette collection d’ouvrages spécialisés, qui grandira sûrement très vite.

Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction, Revue de presse, Traducteurs par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *