Le marché de la traduction plus important Outre Atlantique qu’ici ?

De retour de vacances (d’où le silence de ces dernières semaines), je poursuis ma veille sur le marché de la traduction… et je lis un article enthousiasmant de Marie-Eve Fournier sur le site Québecois Rue Frontenac. Le marché de la traduction y est valorisé à 26 milliards de dollars, soit un chiffre soixante-dix pourcents plus élevé que celui de Common Sense Advisory !

J’ai un peu de mal à y croire… En revanche, les autorités québécoises semblent vraiment être à la recherche de traducteurs pour les années à venir, et notamment le Bureau de la traduction. Et c’est confirmé par cet article du journal Métro Montréal, ou par cet autre de Cyberpresse.

Tout ceci ressemble à une campagne de communication pour encourager les étudiants à entrer dans des cursurs spécialisés en traduction, et devenir ensuite traducteur professionnel, indépendant ou salarié. En ces temps de crise, il s’agit peut-être bien d’une opportunité pour les jeunes traducteurs français qui souhaiteraient s’expatrier ?

Quant à ceux qui préfèreraient s’installer aux Etats-Unis, le Bureau of Labor Statistics projette une croissance de 26% des emplois de traducteurs et interprètes entre 2006 et 2016, et indique des revenus de 76 000 dollars annuels pour certains, allant jusqu’à prétendre que certains indépendants factureraient 100 000 dollars annuels. En tous les cas, ce document est très clair et très complet, et il mérite le détour si vous souhaitez vous informer sur la situation de l’emploi aux USA.

Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction, Marché de la traduction par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

2 réflexions au sujet de « Le marché de la traduction plus important Outre Atlantique qu’ici ? »

  1. Les prévisions de Common Sense Advisory concernant le marché des traductions faites le mois de mai 2009 montre une valeur de 15 milliards de dollars pour cet année avec une hausse jusqu’à 25 milliards en 2013. Maintenant on voit que les prévisions ont été déjà dépasses, c’est déjà un peu difficile a croire.

  2. Bonjour Dan,

    en fait, il y a trois grandes sources de chiffres sur le marché de la traduction (et peut-être d’autres, que je ne connais pas) : l’ATA, dont je parle dans cet article, qui se réfère au Bureau of Labor StatisticsBureau of Labor Statistics américain ; LISA, qui mène des enquêtes uaprès de ses entreprises membres, qui sont acheteuses de localisation, et Common Sense Advisory, un cabinet d’études spécialisé dans le domaine de la traduction/localisation. J’ai tendance à penser que Common Sense Advisory est le plus précis, et le plus méthodique dans sa recherche de données. En outre, c’est aussi le plus modeste dans ses prévisions (15 milliards de dollars pour 2009), ce qui me semble plus sûr. LISA évoque le double, en se basant sur le CA généré par les activités internationales des grandes entreprises américaines : la démarche est intéressante, mais le résultat forcément très imprécis. Quant à l’ATA, franchement, j’ai l’impression qu’ils cherchent juste à convaincre les étudiants de s’engager dans le métier de traducteur, et qu’ils mobilisent à cette fin les chiffres les plus importants qu’ils peuvent trou ver ici ou là, sans vraie méthodologie. Je me trompe peut-être. Et il faut bien reconnaître que le marché de la traduction est très difficile à estimer avec précision.

    Bien à vous,
    Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *