Traduction de sous-titres de films : une professionnelle témoigne

Très intéressant témoignage de Catherine Terrettaz, interrogée sur les métiers du doublage et du sous-titrage. Ou comment traduire… sans traduire !

Les contraintes techniques du sous-titrage interdisent les textes trop longs, et forcent par conséquent à se centrer sur le message essentiel en éliminant tous les détails, un aspect très bien expliqué par cette professionnelle québecoise vivant en Suisse. Son parcours professionnel est d’ailleurs tout aussi passionnant, puisqu’elle vient du théâtre. Bref, ce témoignage, recueilli par Mathieur Loewer, est à lire sur le site du Courrier.

Ce contenu a été publié dans Traducteurs par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

2 réflexions au sujet de « Traduction de sous-titres de films : une professionnelle témoigne »

  1. Ping : Traduction de sous-titres de films : une professionnelle témoigne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *