La traduction littéraire vue par Le Figaro

Ce court billet pour signaler deux articles concernant la traduction, déjà anciens, parus dans Le Figaro et toujours accessibles dans la version en ligne du quotidien national.

Tout d’abord, un entretien passionnant avec Umberto Eco, à l’occasion de la publication de son ouvrage Dire presque la même chose (Grasset, 460 p.), qui traite des défis de la traduction en s’appuyant sur des situations concrètes commentées par l’illustre écrivain, lui-même traducteur des ouvrages de Queneau et de Nerval. Il y explique comment la traduction est avant tout affaire de négociation, tant il est impossible d’exprimer exactement dans la même chose dans deux langues différentes.

Ensuite, un article intitulé « La seconde vie des romans français« , qui fait le point sur la santé du secteur de la traduction d’ouvrages littéraires français à l’étranger. Contrairement à ce qu’on aurait tendance à croire, les livres français s’exportent, puisque les droits de traduction de plus de 6 500 ouvrages français ont été vendus dans le monde en 2006, dont plus de 2 000 livres de littérature. Et l’on apprend que nos écrivains sont particulièrement appréciés en Italie, en Espagne, au Brésil, en Argentine, en Chine, mais assez peu au Japon ou aux Pays Bas, par exemple. Le mécanisme même de la cession de droits est abordé dans le détail au travers de l’interview de plusieurs intervenants, dont des éditeurs, des agents littéraires et des représentants des organismes d’aide à la traduction.

Ce contenu a été publié dans Revue de presse par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *