Traduire ou ne pas traduire : le franglais dans la presse financière

Bel article de Stéphanie Grammond dans La Presse Affaires, la version Web du grand quotidien québecois La Presse, au sujet de l’arbitrage nécessaire entre termes français et termes anglais dans les journaux.

Le dilemme n’est pas simple : pour conserver la langue française, il faut l’employer, mais pour être efficace et se faire comprendre de ses lecteurs, c’est parfois l’anglais qu’il faut privilégier. La journaliste puise dans la terminologie financière, particulièrement à la Une en ce moment, pour fournir plusieurs exemples de cas difficiles à résoudre.

Certains ont eu une fin heureuse, comme « fonds commun de placement » qui a supplanté « fond mutuel », lequel n’était qu’une pâle copie, avec perte de sens au passage, de « mutual fund« . D’autres ont moins d’espoir : si vous ne savez pas ce qu’est un TGCRDE, lisez l’article !

Ce contenu a été publié dans Revue de presse par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *