Le protocole de Londres ne réduit pas le coût de la traduction des brevets

Le protocole de Londres sur la traduction des brevets Européens ne réduit pas les frais de traduction associés au dépôt de brevets industriels, mais contribue fortement à réduire l’influence de la France au sein de l’Europe en matière d’innovation. C’est la conclusion inattendue d’un article très fouillé rédigé par Christian Harbulot, le Directeur de l‘Ecole de Guerre Economique (ESLSCA Paris), spécialiste de l’intelligence économique, et publié par L’Usine Nouvelle.

Un article passionnant, qui donnera des arguments à ceux qui tentent encore de vendre de la traduction de brevets aux bureaux d’étude… quand ils n’ont pas déjà mis la clef sous la porte du fait dudit protocole.

Ce contenu a été publié dans Revue de presse par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *