Erreurs de traduction : un professionnel de la traduction nuance

Un petit billet pour signaler la réaction de Renato Beninatto, qui anime son propre blog (Localization Industry 411) quand ses activités à Common Sense Advisory lui en laissent le temps. Il reprend l’anecdote du panneau routier bilingue gallois (dont on parlait ici récemment), qu’il associe à de nombreux autres exemples plus ou moins drôlatiques de traductions ratées, et en tire quelques conclusions roboratives.
Je vous laisse aller lire le détail, mais je ne résiste pas au plaisir de les résumer ici :

  • la traduction est un métier de professionnels ;
  • la traduction automatique est un outil d’amélioration de la productivité destiné à des traducteurs maitrisant la langue de destination du produit ;
  • les panneaux et autres indicateurs fourmillent d’erreurs de traduction depuis toujours ;
  • et, ma préférée : on ne parle que des mauvaises traductions, jamais de celles qui sont réussies. Ce qui me donne l’idée suivante : racontez-moi vos histoires de bonnes traductions, et je promets de m’en faire l’écho sur L’Observatoire de la traduction !
Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction, Revue de presse par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *