La traduction automatique très attendue par les grandes entreprises

SDL a récemment publié une étude, réalisée en association avec l’IAMT (International Association for Machine Translation) and l’AMTA (Association for Machine Translation Americas), qui analyse les tendances en matière de traduction automatique à partir de 385 entretiens avec des représentants de grandes organisations mondiales.

Les résultats prouvent un intérêt très vif pour la traduction automatisée : ainsi, 25% des personnes interrogées ont déclaré soit utiliser la traduction automatique soit être en train de planifier son utilisation au sein de leur entreprise. Et 40% ont déclaré qu’ils étaient plus susceptibles d’y faire appel aujourd’hui que les années précédentes. Les principales utilisations envisagées concernent la communication instantanée (traduction de messages électroniques, des blogs et de wikis) et la documentation technique, ainsi que la traduction de sites Web et d’alertes virales.

La plupart des participants à l’enquête attendent de la traduction automatique un très haut degré de qualité. Les mêmes la voient comme un outil intégré à un processus de traduction humain de façon à réduire les délais et les coûts sans sacrifier pour autant la qualité.

Une attente qui confirme que ces systèmes sont avant tout des outils de productivité destinés aux traducteurs humains : c’est d’ailleurs de cette façon que SDL les exploite depuis plus de quatre ans au sein du SDL Knowledge-based Translation System™.

Ce contenu a été publié dans Marché de la traduction, Traduction automatique par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *