Traduction : comment rendre incompréhensible son produit

S’il vous plaît, regardez attentivement l’image de gauche. Il s’agit de l’emballage d’un produit acheté par l’un des membres de l’équipe d’Anyword dans une FNAC à Paris. Par discrétion, je tairai le nom de la marque, avec laquelle j’espère bien conclure un contrat de traduction. Car ils ont besoin de nouveaux traducteurs, c’est certain ! Le slogan et la désignation du produit sont si incompréhensibles en français qu’il est difficile d’identifier ce dont il s’agit. Ces écouteurs pour lecteur MP3 (comme l’indique assez mal la photo) sont particulièrement légers et peu encombrants du fait de leur slim design. Un slim design que la marque a osé « traduire » par « dessin amincissez ». Et voilà comment, à la première lecture, on imagine acheter un produit minceur du type slimfast. Alors qu’en fait, pas du tout : ce sont bien des « écouteurs d’agrafe » (clip earphones, en anglais)…

Bien sûr, on s’est tous plus ou moins habitués aux manuels illisibles des produits électroménagers (qui n’a pas ri en lisant par désoeuvrement le fascicule livré avec, au choix, le téléviseur, la chaîne haute fidélité, l’aspirateur…?) Des traductions catastrophiques de textes mal rédigés au départ, et dont la présence dans la boîte n’est justifiée que par une obligation légale. Au moins, ces textes consternants restaient cachés, et il n’est pas absolument nécessaire d’en prendre connaissance pour utiliser son achat. Là, c’est l’emballage lui-même, ultime support marketing d’avant-vente, qui est sacrifié. A se demander si les concepteurs n’ont pas cru un moment que le produit se vendrait tout seul.

On pourrait crier au loup et ricaner au sujet des moteurs de traduction automatique. Mais la situation est bien pire : quand on tape l’expression « slim design » dans Google Translation, dans Reverso, dans Systran ou dans Windows Live Translator, on obtient une traduction inexploitable telle quelle, mais tout de même bien bien meilleure que « dessin amincissez »* ! Il faut donc en déduire que c’est probablement un être humain qui a produit ce texte ! C’est, comment dire, déconcertant. D’autant qu’il a a sans doute été relu et approuvé par plusieurs personnes du service marketing avant de se retrouver sur les présentoirs de la FNAC et d’autres distributeurs de produits électroniques. Quand donc les services marketing qui nous gouvernent comprendront-ils qu’il y a des économies à ne pas faire, et que la langue n’est pas délocalisable** ?

*Systran répond « amincissez la conception », et tous les autres « conception mince »
**C’est bien pour ça que les traducteurs professionnels employés par Anyword résident dans le pays où se pratique leur langue maternelle, vers laquelle ils traduisent.

Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *