La Chine, médaille d’or de la traduction… et des Droits de l’homme ?

Le blog de Common Sense Advisory relaie les efforts considérables consentis par les autorités chinoises en matière de traduction dans le cadre de la préparation des Jeux olympiques de Beijing. Traduction de panneaux routiers, interprétation des conversations téléphoniques, recrutement et formation massifs d’interprètes, recommandations en matière de traduction, et même accréditation officielle d’une entreprise locale de traduction et interprétation, tout a été fait pour simplifier la vie quotidienne des visiteurs étrangers. Et, en plus, la Chine accueille le plus grand Congrès mondial de traducteurs, avec 1 600 participants attendus !

Cela étant, comme notre Observatoire de la traduction l’a déjà signalé, les résultats de ces efforts sont souvent mitigés, et il ne suffit malheureusement pas de standardiser la traduction des noms de plats chinois en anglais pour se rendre compréhensible.

D’autant que les ressortissants des pays Occidentaux, et spécialement les journalistes, doivent se préparer à un autre aspect de leur voyage en Chine : la question des Droits de l’homme. C’est pourquoi Reporters sans Frontières publie des conseils aux journalistes étrangers, comme le relate Le Figaro. Une initiative qui ressemble à celle de Human Rights Watch, relayée par VSD, qui offre en téléchargement un Guide du reporter des Jeux Olympiques… que l’association a eu soin de traduire en anglais, français, allemand et espagnol.

Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction, Revue de presse par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *