Cet anglais-là, c’est du chinois !

La Bible pour tout traducteur de menu de restaurant chinoisLes touristes qui affluent en masse en Chine cette année à l’occasion Jeux Olympiques de Beijing sont plus dépaysés encore qu’ils ne s’y attendaient. La cause de ce dépaysement ? Ni les traditions chinoises, ni le modernisme incroyable (et hautement pollué) de la ville, ni même les effets du régime totalitaire… Non, le problème c’est… l’anglais ! Pas la langue de Shakespeare, non. Mais cette langue anglaise que tout le monde croit connaître et avec laquelle chacun se débrouille à l’étranger, dont les usages les plus courants ont fini par constituer une sorte d’anglais « international », ou anglais « d’aéroport ». Eh bien, cet-anglais là représente pour la plupart d’entre nous une base, un point d’appui.

Qu’il se dérobe et, aussitôt, c’est la confusion la plus totale. Et, en Chine, il se dérobe ! Malgré les nombreuses initiatives du gouvernement (à commencer par le savoureux recueil des traductions conseillées des noms de plats figurant sur les menus des restaurants locaux), le peuple chinois ne parle pas anglais, ou, en tous les cas, il ne le parle pas comme nous ! C’est ce qu’explique par exemple un article des Dépêches de l’Education.

Intéressante illustration la communication inter-culturelle n’est pas soluble dans un esperanto de cuisine, fût-ce l’anglais ! Les entreprises de traduction, les traducteurs et les interprètes restent nécessaire pour se comprendre malgré les frontières…

Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction, Revue de presse par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

2 réflexions au sujet de « Cet anglais-là, c’est du chinois ! »

  1. Ping : L’observatoire de la traduction » Blog Archive » Des taxis chinois polyglottes

  2. Ping : La Chine, médaille d’or de la traduction… et des Droits de l’homme ? | L'observatoire de la traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *