Traduction : les nouveaux Business Models (1)

Après s’être interrogé sur la naissance du marché des mémoires de traduction (quels seront les acheteurs, les vendeurs, comment s’organisera-t-il, quelles réticences sont à prévoir, et comment les dépasser), Global WatchTower signale dans un nouvel article l’initiative TAUS (Translation Automation User Society). Celle-ci consiste à mettre en place une place de marché réservée aux agences de traduction et à leurs clients, qui auraient accès à autant de mots qu’ils en fourniraient au système. En bref, une agence de traduction qui donnerait des Mémoires de traduction contenant 10 millions de mots (et leurs traductions) à TAUS pourrait en récupérer autant par la suite. Autrement dit, chaque agence pourrait réutiliser le travail des autres pour améliorer le taux de reconnaissance global de ses projets et, par conséquent, réduire ses coûts d’achat. Les auteurs s’interrogent, avec raison, sur la pertinence d’une offre de ce type (très coûteuse : l’abonnement annuel à ce service coûtre de 2 500 à 7 500 dollars) alors même que naissent de nombreux outils Open Source (donc, gratuits) destinés à faciliter les échanges de Mémoires de traduction. Pour ma part, je vois deux autres inconvénients : le premier (qui a sûrement été résolu) concerne la propriété industrielle des phrases sources des Mémoires qui, en toute logique, appartiennent aux clients et non aux agences ; le second concerne les auteurs : comment les traducteurs sont-ils rémunérés dans cette offre ? Quelque chose me dit qu’ils ne le sont pas, ce qui soulève d’autres questions de droits.

Ce contenu a été publié dans Marché de la traduction par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

Une réflexion au sujet de « Traduction : les nouveaux Business Models (1) »

  1. Ping : L’observatoire de la traduction » Blog Archive » Echanger ses Mémoires de traduction : avec ou sans les traducteurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *