Mémoires de traduction : Translated.net innove

L’agence de traduction Translated.net, dont l’une des caractéristiques consiste à exploiter autant que possible la technologie pour automatiser la gestion des projets, a récemment rendu publique une gigantesque mémoire de traduction collaborative.

Accessible sur le web, MyMemory comportera bientôt 300 millions de segments de traduction, que chacun peut modifier, et noter. Non seulement est-il possible de procéder à une recherche de termes dans de très nombreux couples de langues, mais le projet va plus loin. En effet, chacun peut se constituer la mémoire de traduction dont il a besoin. Il suffit de charger sur le site les fichiers constitutifs du projet. Ceux-ci sont alors analysés, et une mémoire ad-hoc est créée et rendue disponible à l’utilisateur, traducteur professionnel, agence de traduction ou service de traduction interne à une entreprise. L’utilisateur peut aisément regrouper plusieurs mémoires pour les interroger ensemble, et a tout loisir de partager – ou pas – ses propres mémoires de traduction en les rendant publiques.

Pour constituer cet immense corpus de segments traduits dans toutes les langues, ou presque, Translated.net s’est appuyé sur plusieurs sources. D’une part, les mémoires de traduction de l’agence ont été intégrées au système. D’autre part, l’agence a persuadé plusieurs institutions de collaborer à ce projet hors-normes. Ainsi les mémoires de traduction de l’Union Européenne ont-elles été incorporées au référentiel. Enfin, un moteur parcourt le Web en permanence à la recherche de contenu traduit, procède à son alignement et l’intègre àa la mémoire de traduction après indexation. Enfin, les portions de segments qui ne figurent pas dans la TM (quand il existe une correspondance floue, mais pas de correspondance exacte) font l’objet d’une traduction automatique statistique qui permet de construire à la volée un segment directement exploitable (voir les détails du fonctionnement de MyMemory ici).

Par la suite, l’objectif est de rendre cette mémoire de traduction directement disponible dans les outils de TAO des agences et des traducteurs indépendants, en la connectant à leurs logiciels à mémoire de traduction par l’intermédiaire d’une API (Application Programming Interface) qui est publiée. Les entités qui souhaitent créer un partenariat avec Translated.net sont les bienvenues, dans l’idée de rendre le contenu de MyMemory en permanence disponible pour les analyses de texte des agences, qui l’enrichiront simultanément avec leurs propres mémoires de traduction.

Ce projet est évidemment très intéressant, et il semble regrouper les avantages de nombreuses solutions concurrentes, comme celle de TAUS qui a le défaut majeur d’être payante (et chère), ou celle de la VLTM (Very Large Translation Memory), qui reste limitée aux utilisateurs de Wordfast. Rappelons qu’il existe aussi d’autres sources importantes de contenu linguistique gratuit en ligne, comme TSM (Translation Search Machine), LinearB, TERMIUMPlus® ou l’IATE.

Ce contenu a été publié dans Actualité de la traduction, Outils de traduction par Guillaume. Mettez-le en favori avec son permalien.
guillaume.debrebisson@anyword.fr'

A propos Guillaume

Je dirige l'agence de traduction Anyword, que j'ai créée fin 2004. Avant cette date, j'avais créé, développé et, malheureusement, fermé une autre agence de traduction, appelée encouv. Je travaille donc dans le secteur de la traduction et de la localisation depuis 1993. Auparavant, j'étais journaliste, spécialisé dans le domaine informatique. Ce blog est en quelque sorte un moyen de renouer, modestement, avec l'écriture, et de me contraindre à une veille du secteur dans lequel j'évolue depuis maintenant plus de 15 ans.

2 réflexions au sujet de « Mémoires de traduction : Translated.net innove »

  1. Ping : Translation Memories on Line « TerminoTrad

  2. Ping : Translation Memories on Line — Mémoires de traduction en ligne | TerminoTrad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *